Congrès Médecine du Sport
Le 4 juin au Palais des COngrès de Lourdes
Sophia Asthme
Nouveau service gratuit de la CPAM
Le Pôle Personnes agées
Site de Labastide


Ventre-mamanPrésentation du service :

Le Centre Périnatal de Proximité du Centre Hospitalier de Lourdes permet une prise en charge gynécologique et obstétricale des femmes du secteur géographique du bassin lourdais.
Le Centre Périnatal de Proximité du Centre Hospitalier de Lourdes, est placé sous la responsabilité médicale de Monsieur le Docteur Joseph ELCHAM, Chef de service de la maternité du Centre Hospitalier de Bigorre.
Le Centre Périnatal de Proximité est une antenne de la Maternité du Centre Hospitalier de Bigorre et travaille en étroite collaboration avec ce service. L’équipe médicale et de sages-femmes est commune, les rendez-vous coordonnés et des visites de la maternité du Centre Hospitalier de Bigorre sont organisées et proposées aux femmes suivies au CPP de Lourdes.
Le suivi prénatal et postnatal proposé aux futures mères constitue une offre de proximité de premier niveau qui s’articulera naturellement avec les lieux de naissances choisis par la patiente (Maternité du Centre Hospitalier de Bigorre ou autre).
L’équipe du Centre Périnatal de Proximité est composée de deux médecins gynécologues-obstétriciens-échographistes, de sages-femmes de l’équipe commune Tarbes-Lourdes et d’une secrétaire.

Horaires :


Le Centre Périnatal de Proximité vous accueille :

  • du lundi au vendredi,
  • de 9h00 à 12h et de 14h à 17h
  • dans l’aile A, au rez-de-chaussée du CH de Lourdes.

En dehors de ces horaires, en cas d’urgence, veuillez contacter le CH de Bigorre au 05 62 54 54 18 (sage-femme de garde du bloc accouchement).

Numéro du Secrétariat : 05 62 42 41 98


L’offre du Centre Périnatal de Proximité

  • des consultations médicales par deux gynécologues-obstétriciens :

Il s’agira de consultations :

  • de gynécologie générale,
  • de grossesses : pré et post-natales,
  • d’orthogénie (IVG),

à noter :  

Toutes les consultations du suivi de grossesse peuvent être réalisées au CPP. Seul l’accouchement se fera dans une maternité (CH de Bigorre ou autre)

    des échographies gynécologiques et obstétricales,

  • des consultations de suivi de grossesses pathologiques assurées par les sages-femmes (monitorage obstétrical, suivi d’hypertension...),
  • des cours de préparation à la naissance et à la parentalité : entretien prénatal (individuel ou en couple), séance de préparation à la naissance (collective, individuelle ou en couple), soutien à la parentalité (consultation allaitement maternel, enseignement des soins au nouveau-né),
  • des séances de rééducation périnéale en post-partum,
  • des consultations de tabacologie (à partir du 01/02/2016) assurées par une sage-femme,
  • main-mainBB

    les consultations pré-anesthésiques du 8ème mois réalisées par les anesthésistes du CH de Lourdes qui transmettront ensuite le dossier médical aux anesthésistes de la maternité choisie par la patiente.

Télécharger la plaquette du Centre périnatal de proximité

Découvrir la Maternité du Centre Hospitalier de Bigorre


 

Où en est-on ?

La loi a été promulguée le 2 février 2016. Elle a été publiée au Journal officiel du 3 février 2016.

Déposée à l'Assemblée nationale par MM. Alain Clayes et Jean Leonetti le 21 janvier 2015, la proposition de loi avait été adoptée en première lecture par l'Assemblée nationale le 17 mars 2015 et rejetée en première lecture au Sénat le 23 juin 2015. En deuxième lecture, elle avait été adoptée avec modifications par l'Assemblée nationale le 6 octobre 2015 et, avec modifications, par le Sénat le 29 octobre 2015. La proposition de loi avait été définitivement adoptée le 27 janvier 2016, le texte mis au point par la commission mixte paritaire ayant été adopté par le Sénat et par l'Assemblée nationale le 27 janvier 2016.

De quoi s'agit-il ?

A la suite d'une concertation sur la question de la fin de vie, la loi pose le principe selon lequel "toute personne a droit à une fin de vie digne et apaisée. Les professionnels de santé mettent en oeuvre tous les moyens à leur disposition pour que ce droit soit respecté".

La loi tend au développement des soins palliatifs. La garantie de l'accès aux soins palliatifs sur l'ensemble du territoire est inscrite dans la loi. Elle prévoit que les étudiants en médecine, les médecins, les infirmiers, les aide-soignants, les aides à domicile, les pharmaciens et les psychologues cliniciens auront obligation de suivre une formation spécifique aux soins palliatifs.

Sous réserve de la prise en compte de la volonté du patient, les traitements seront suspendus ou ne seront pas entrepris quand ils n'ont que pour seul effet un maintien artificiel de la vie et apparaissent inutiles ou disproportionnés (la nutrition et l'hydratation artificielles constituent un traitement).

Lire la suite : Loi du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie
 

| + -