1511SSP-SSP-Stand-info-Public-CHL 

1er programme national pour la sécurité des patients : une exigence légitime des patients, un engagement de tous.

La sécurité des soins est une exigence légitime de tous les patients et de tous les usagers de la santé. C’est aussi un objectif prioritaire pour l’ensemble des acteurs de la santé. Aujourd’hui, un patient hospitalisé sur 10 est encore victime d’un événement indésirable grave : pour autant, les infections nosocomiales, cause directe de plus de 4 000 décès par an, ne sont pas une fatalité. C’est pourquoi Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a lancé un programme pluriannuel 2013-17 qui fédèrera l’action des autorités publiques, autour de 4 priorités, dans le domaine de la sécurité des patients.


Cette année, les thèmes choisis par le Ministère visent à promouvoir l’amélioration de la communication entre soignés et soignants en ciblant plus particulièrement la coordination des soins.
Des sous-thèmes sont d’ores et déjà proposés :
la lettre de liaison
la conciliation médicamenteuse
l’identitovigilance

 

Les manifestations prévues au sein de notre groupe hospitalier se dérouleront du 23 au 27 novembre 2015  à l’attention des usagers, avec en interne, la tenue d'un stand d’informations au public et en externe, l'organisation d’une animation de prévention et d’éducation à la santé hors des murs de l’hôpital.


Stand d’information à destination du public
Sensibilisation des usagers aux actions mises en œuvre par les professionnels de l’hôpital pour réduire les risques liés à l’hygiène, aux médicaments, à l’identification des patients...


Hall principal, site de l’hôpital :

  • lundi 23 novembre 2015 de 13h à 16h
  • vendredi 27 novembre 2015 de 13h à 16h

Place du marché Marcadieu, Tarbes :

  • Jeudi 26 novembre 2015 au matin
 

 

Lourdes, les services de l’hôpital évoluent


Le Centre Hospitalier de Lourdes évolue en 2015 Suite aux orientations stratégiques élaborées par le Groupe Hospitalier Tarbes-Lourdes en 2012 et aux conclusions du rapport IGAS rendu à la Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des droits des femmes en mai 2015, deux services de l’établissement vont connaître des évolutions importantes au 1er octobre prochain:
la maternité sera transformée en Centre Périnatal de Proximité,
la réanimation sera transformée en Unité de Surveillance Continue.

Ces évolutions, guidées par le triple objectif de qualité des soins, sécurité des prises en charge et efficience, ne se feront pas au détriment de la population. Au contraire, des services de proximité seront proposés pour mieux répondre aux besoins de la population lourdaise :

Un centre de périnatalité de proximité (CPP) pour un suivi avant et après l’accouchement :
Ce CPP que la communauté hospitalière veut ambitieux permettra une prise en charge complète des femmes et des parturientes en assurant :
des consultations médicales par des gynécologues-obstétriciens tous les jours de la semaine. Il s’agira de consultations :
de gynécologie générale,
d'obstétrique : pré et post-natales, toutes les consultations du suivi de grossesse pourront être réalisées au CPP,
d’orthogénie (IVG).
des échographies gynécologiques et obstétricales,
des consultations de suivi de grossesses pathologiques assurées par les sages-femmes (monitorage obstétrical, suivi d'hypertension...)
des cours de préparation à la naissance et à la parentalité : entretien prénatal (individuel ou en couple), séance de préparation à la naissance (collective, individuelle ou en couple), soutien à la parentalité (consultation allaitement maternel, enseignement des soins au nouveau-né),
des séances de rééducation périnéale en post-partum,
des consultations de tabacologie à partir du 01/02/2016 assurée par une sage-femme,
les consultations pré-anesthésiques du 8ème mois réalisées par les anesthésistes du CH de Lourdes qui transmettront ensuite le dossier médical aux anesthésistes de la maternité choisie par la parturiente.
Un lien étroit sera organisé entre le CPP du CH de Lourdes et la maternité du Centre Hospitalier de Bigorre dont le CPP sera une antenne. L’équipe médicale et de sages-femmes sera commune, les rendez-vous coordonnés et des visites de la maternité du Centre Hospitalier de Bigorre seront organisées et proposées aux femmes suivies au CPP de Lourdes.

La création d’une unité de soins de surveillance continue :
La réanimation dont l’autorisation d’activité prendra fin à l’automne se transformera en une unité de soins de surveillance continue de 10 lits dont la prise en charge médicale sera assurée par une équipe composée de réanimateurs et d’urgentistes qui assureront une garde sur place 7j/7 et 24h/24. Cette unité aura vocation à prendre en charge des patients lourds, avec des pathologies graves. Elle sera liée par convention au service de réanimation départementale du Centre Hospitalier de Bigorre.

Les autres services du CH de Lourdes restent inchangés et connaissent même pour certains une augmentation d’activité importante comme le service de chirurgie qui accueille les patients pour la chirurgie viscérale mais également orthopédique avec la présence de trois chirurgiens dans chaque spécialité.

 

CANICULE ET FORTES CHALEURS

Votre santé est en danger lorsque la température extérieure est plus élevée que la température habituelle dans votre région.

    La chaleur fatigue toujours
    Elle peut entraîner des accidents graves et même mortels, comme la déshydratation ou le coup de chaleur
    La pollution de l’air et l’humidité aggravent les effets liés à la chaleur.

CES RISQUES PEUVENT SURVENIR DES LE PREMIER JOUR DE CHALEUR

 Affiche CaniculeGP  2015

Des gestes simples permettent d’éviter les accidents. Il faut se préparer AVANT les premiers signes de souffrance corporelle, même si ces signes paraissent insignifiants.

En cas de grossesse, la protection contre la chaleur, une bonne hydratation et l’humidification/ventilation de la peau sont particulièrement importantes

    La chaleur peut aggraver des maladies préexistantes.
    Les médicaments peuvent aggraver les effets de la chaleur

Ces problèmes doivent être abordés avec votre médecin traitant et votre pharmacien avant l’été.

1) Avant l’été : c’est le moment de se préparer, pour que tout se passe bien !
a.Faire deux listes :
        1) SUR QUI POURRAI-JE COMPTER ?
        2) QUI POURRAI-JE AIDER ?
        Ne pas oublier les coordonnées des personnes ainsi repérées
b.Si vous connaissez des personnes âgées, handicapées ou fragiles qui sont isolées, incitez les à s’inscrire sur la liste de la mairie afin de recevoir de l’aide de bénévole pendant une vague de chaleur
c.Que faut faire pour se protéger et protéger son lieu de vie ? Savoir au moins à qui demander conseil (pharmacien, médecin, mairie, médias…)
d.Faire une liste des lieux climatisés (ou frais) où se rafraîchir près de chez soi et ouverts en été : grande surface, cinéma, musée, église
e.Constituer sa trousse réunissant le matériel nécessaire pour lutter contre la chaleur (« trousse canicule ») : brumisateur, ventilateur et thermomètre médical (non frontal)
f.S’organiser afin d’EVITER DE RESTER ISOLE
g.Apprendre quels sont les signaux devant déclencher l’alerte et les gestes à faire si besoin
h.En cas de problèmes de santé ou de traitement médicamenteux régulier, demander à son médecin traitant quelles sont les précautions complémentaires à prendre avant l’été (adaptation de doses, arrêt du traitement ?).

2)Lors d’une vague de chaleur, c’est le moment d’agir tous les jours pour que tout se passe bien !
a.Appeler ses voisins et ses amis : ne pas rester isolé
b.Penser à aider ses proches, surtout ceux qui risquent de ne pas demander de l’aide à temps
c.Protéger son habitation contre la chaleur. Si cette habitation ne peut pas être rafraîchie, passer plusieurs heures par jour dans un lieu frais repéré à l’avance et facilement accessible
d.Eviter les efforts aux heures les plus chaudes
e.Agir rapidement en cas de signes qui doivent alerter (chez soi et chez les autres)

 

 

La plaquette des chiffres clés est élaborée chaque année afin de donner au public et aux principaux correspondants de l'établissement les principales informations chiffrées concernant le Centre Hospitalier de Lourdes.

Ces chiffres concernent les capacités en lits, les ressources humaines, l'activité médicale ou encore les aspects logistiques.

Nous vous invitons à consulter la publication des chiffres-clés 2013.


Télécharger la publication Chiffres clés 2013.

 

 

Le groupe hospitalier Tarbes-Lourdes et le CH de Bagnères de Bigorre organisent

une conférence à destination des professionnels de santé sur le thème :


"Garantir les valeurs au coeur du prendre soin et promouvoir la bientraitance"


le mardi 24 février à 17h


Amphithéâtre

de l'Institut de Formation aux Métiers de la Santé Henry Dunant

 

Informations au 05 62 54 51 23
 

A la demande du Président de la République et en hommage aux victimes de l'attentat commis à Paris le mercredi 7 janvier,

l'ensemble du personnel hospitalier observera une minute de silence ce jour, jeudi 8 janvier, à midi.

 

Ce temps de recueillement sera observé sur le lieu de travail pour ceux qui ne peuvent pas quitter leur poste.

Il sera observé, pour ceux qui pourront se libérer, dans les halls d'accueil des sites de Tarbes, Lourdes et Vic-en-Bigorre, où un rassemblement est prévu.

 

Le Directeur,

Miguel Bréhier

 

 

1er programme national pour la sécurité des patients : une exigence légitime des patients, un engagement de tous.

La sécurité des soins est une exigence légitime de tous les patients et de tous les usagers de la santé. C’est aussi un objectif prioritaire pour l’ensemble des acteurs de la santé. Aujourd’hui, un patient hospitalisé sur 10 est encore victime d’un événement indésirable grave : pour autant, les infections nosocomiales, cause directe de plus de 4 000 décès par an, ne sont pas une fatalité. C’est pourquoi Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a lancé un programme pluriannuel 2013-17 qui fédèrera l’action des autorités publiques, autour de 4 priorités, dans le domaine de la sécurité des patients.


Programme de la semaine de la sécurité des patients :

> lundi 24 novembre de 10 à 17 h
Atelier Hygiène des mains
lieu : Site gériatrie de l’Ayguerote


> mardi 25 novembre de 10 à 17 h
Ateliers Droits des patients
lieu : Hall d’accueil du CH de Lourdes
lieu : Hall d’accueil du site de la Gespe - CH de Bigorre


> mercredi 26 novembre de 10 à 17 h
Ateliers Hygiène des mains
lieu : Hall d’accueil du CH de Lourdes
lieu : Hall d’accueil du site de la Gespe - CH de Bigorre


> vendredi 28 novembre de 10h à 17h
Ateliers Médicament
lieu : Hall d’accueil du CH de Lourdes
lieu : Hall d’accueil du site de la Gespe - CH de Bigorre
Atelier Hygiène des mains
lieu : Site gériatrie de Vic-en-Bigorre

 

Affiche-Expo-hospitaliere-2014Tous les deux ans, un collectif d'artistes hospitaliers s'exposent au musée de l'Ayguerote.

Cette année, cette exposition aura lieu du 15 au 23 novembre, avec pour invitée d'honneur Pierrette Arnaud.

Entrée libre tous les après-midi, samedi et dimanche compris de 14h30 à 18h30.

Vernissage le vendredi 14 novembre à partir de 19h.

 

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie, en partenariat avec le Service Médical, proposera prochainement Sophia, le service d’accompagnement des malades chroniques de l’Assurance Maladie, aux personnes souffrant d’asthme.

Le programme Sophia, déployé sur l’ensemble du territoire français début 2013, s’adressait jusqu’à présent aux patients diabétiques. Aujourd’hui, plus de 470 000 personnes en bénéficient dont 2 320 dans notre département.

Le service Sophia Asthme est dans un premier temps expérimenté dans 18 départements pilotes, dont le nôtre.

Ainsi, 140 000 personnes dont 2 092 dans les Hautes-Pyrénées recevront, courant février 2014, un courrier de l’Assurance Maladie les invitant à bénéficier de cet accompagnement gratuit.

Ce dispositif intervient en relais des professionnels de santé qui entourent le patient. Il est conçu pour aider les personnes asthmatiques à mieux comprendre leur maladie et à mieux contrôler leur asthme au quotidien.

Plus d'informations dans le dépliant  et la brochure.

S'iscrire en ligne sur www.amelie-sophia.fr

 

Les Ran’Donneurs des Rivières :  Sport et convivialité en faveur du don d’organes

 

Samedi 11 octobre prochain, l’équipe de coordination des prélèvements d’organes vous donne rendez-vous pour la 5ème édition des Ran’Donneurs des Rivières.

Préparez votre inscription à l’avance :
Téléchargez le bulletin d’inscription, le réglement et le plan du circuit sur ch-bigorre.fr.

Ouverture des inscriptions :

dès le vendredi 10 octobre 2014 de 16h à 19h dans le hall d’accueil du site de la Gespe

et le samedi 11 octobre à partir de 8h30 au sein du restaurant du personnel, près de la ligne de départ.

Important : Les coureurs devront être munis d’un certificat médical.

 

L’an dernier, plus  de 600 coureurs et marcheurs ont participé à ce rendez-vous et ont parcouru ces 10 kms dessinés le long de la Gespe et de l’Echez.
Le départ de la randonnée de 8 km sera donné à 9h45, celui  de la course à pied sur un circuit de 10 km à 10h30.
La remise des récompenses se déroulera à midi, à l’arrivée et sera suivie d’un pot de l’amitié animé par la chorale Eths Amics.

 

Nous vous attendons nombreux, entre amis et en famille !

 

Accéder au site du Ministère de la santé


Qu’est-ce que le virus Ebola ?
Le virus Ébola appartient à la famille des filovirus, à laquelle appartient également le virus Marburg. Il a été identifié pour la première fois en 1976 dans la province ouest-équatoriale du Soudan et dans une région voisine du nord du Zaïre (aujourd’hui République Démocratique du Congo).

Il existe cinq espèces de virus Ébola : Bundibugyo, Côte d’Ivoire, Reston, Soudan et Zaïre. Les flambées de fièvre hémorragique provoquées par le virus Ebola surviennent principalement en Afrique avec un taux de létalité de 25% à 90%.

Le virus Ébola se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine.

Consulter la fiche synthétique sur la maladie à virus Ebola

 

Les symptômes de la maladie à virus Ebola
La maladie à virus Ébola est une maladie virale aiguë se caractérisant souvent par : l’apparition brutale d’une forte fièvre supérieure à 38,5°, une faiblesse intense, des douleurs musculaires, des maux de tête et une irritation de la gorge. Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhées, d’éruptions cutanées, d’insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes.

Symptomes Ebola-2

La transmission de la maladie à virus Ebola

Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets et animaux infectés, malades ou morts. Aucune transmission par voie aérienne n’a été reportée à ce jour.

La durée d’incubation (le temps écoulé entre l’infection et l’apparition des symptômes) varie de 2 à 21 jours.

Il n’y a pas de transmission lors de la période d’incubation. Une personne qui ne présente aucun symptôme n’est pas contagieuse. Le début de la contagiosité est lié à l’apparition des premiers symptômes. Le risque de transmission est faible dans les premières phases de la maladie. Il augmente lors de l’aggravation de la maladie.

Les personnes atteintes peuvent transmettre l’infection aussi longtemps que leur sang et leurs sécrétions contiennent des virus.

La prévention de la transmission du virus Ebola chez l’homme
En l’absence de traitement efficace ou de vaccin pour l’homme, la mise en œuvre et le respect des mesures de protection à prendre à titre individuel sont le seul moyen de prévenir l’infection.

Dans les régions où circule le virus Ebola :

  • Respecter les consignes des autorités locales ainsi que les règles d’hygiène de base ;
  • (notamment se laver fréquemment les mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique) ;
  • Éviter tout contact rapproché avec des personnes ayant une forte fièvre ;
  • Éviter tout contact avec des animaux sauvages (singes, chauves-souris…) vivants ou morts ;
  • Ne pas consommer, ni manipuler de viande de brousse ;
  • Les produits animaux (sang, viande, lait…) doivent être cuits soigneusement avant d’être consommés ;

Le traitement de la maladie à virus Ebola
Il n’existe encore aucun traitement ni vaccin spécifiques pour la maladie à virus Ébola. La prise en charge repose généralement sur un traitement symptomatique.

CONSEILS AUX VOYAGEURS

Des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola ont été rapportés dans plusieurs pays d’Afrique.

  • A votre arrivée dans un pays où circule le virus Ebola, signalez votre séjour au Consulat de France :

Dans tous les cas, suivez les recommandations des autorités locales et :

  • ne vous déplacez pas dans les zones de foyer de l’épidémie ;
  • respectez les règles d’hygiène de base et, notamment, lavez-vous fréquemment les mains (savon ou solution hydro-alcoolique) ;
  • évitez tout contact rapproché avec des personnes ayant une forte fièvre. La transmission du virus se fait par contact direct avec le sang ou les liquides corporels ;
  • évitez tout contact avec des animaux sauvages, vivants ou morts ;
  • ne consommez pas et ne manipulez pas de viande de brousse.

En cas d’apparition brutale d’une forte fièvre, contactez immédiatement les services de l’Ambassade sur place ainsi qu’un médecin.

  • A votre retour en France :

En cas d’apparition brutale d’une forte fièvre (>38,5°C) jusqu’à 3 semaines après votre retour en France, contactez immédiatement le Centre 15 en évoquant votre voyage.



Informations :

Ministère des Affaires sociales et de la Santé
www.sante.gouv.fr
Conseils aux voyageurs
www.diplomatie.gouv.fr

 


scanner4Jeudi 30 janvier à 11h au service de l'Imagerie Médicale du Centre Hospitalier, a eu lieu la présentation du nouveau scanner dernière génération, mis en place en décembre 2013.

Lire la suite : Un nouveau scanner pour l'Imagerie Médicale
 

39 66 ou 15 en cas d’urgence :

Le bon réflexe, est toujours de téléphoner avant de se déplacer.

Puis de se laisser guider vers la solution adaptée à chaque problème de santé .

Mode d’emploi :

 

visite-medpolLe Centre Hospitalier de Lourdes se modernise et se réorganise dans le but de mieux répondre aux besoins de santé de la population.

Une nouvelle organisation de la  médecine polyvalente : un service de 12 lits

Ce service a pour but  pour accueillir les patients de moins de 75 ans ou de plus de 75 ans ne présentant pas de polypathologies chroniques ou de signes de fragilité particuliers nécessitant une hospitalisation en court séjour gériatrique.

Relèvent de la médecine polyvalente des pathologies infectieuses, gastro-entérologiques, pneumologiques, hématologiques…

Des lits de soins palliatifs sont également identifiés dans ce service pour la prise en charge les fins de vie toujours dans le sens d’une démarche éthique chère au centre hospitalier de Lourdes et aux professionnels qui y travaillent.

Et la pneumologie ?

Le Docteur VABRE, pneumologue du Centre Hospitalier de Lourdes continue d’accueillir ses patients une semaine complète par mois en consultation.

Les hospitalisations de pneumologie sont assurées par le Docteur HADDAD au sein du service de médecine polyvalente-Court séjour gériatrique dans lequel il travaille en collaboration quotidienne avec l’équipe du Docteur DUBROCA.

Il assure également des consultations, des hospitalisations de jour et de semaine notamment polysomnographies, oxymétrie nocturnes, bilans respiratoires, chimiothérapies…

Les docteurs VABRE et HADDAD accueillent leurs patients en consultation au 05 62 42 42 48.

 

Une offre nouvelle : La création d’une offre nouvelle au CHL : la création d’un service de court séjour gériatrique de 20 lits

Le court séjour gériatrique est un service de 20 lits permettant d’accueillir des patients de plus de 75 ans présentant plusieurs pathologies chroniques pouvant entrainer une dépendance physique et/ou psychique.

Lire la suite : Une nouvelle organisation des services de médecine au Centre Hospitalier de Lourdes
 

Page 1 sur 2

<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>
| + -